CPAS de Pont-à-Celles : un subside destiné à venir en aide à ceux qui subissent les répercussions de la crise sanitaire


01 septembre 2020

Depuis la crise du Covid-19, les CPAS voient de nouveaux groupes de citoyens notamment les travailleurs intérimaires, les familles monoparentales, étudiants jobistes, artistes, indépendants, allocataires sociaux avec des problèmes financiers divers, se présenter à leurs portes sans compter ceux qui n’osent pas et pour qui franchir la porte du CPAS reste tabou. Bien que des mesures telles que le chômage temporaire ou le droit passerelle aient été prises, les indicateurs démontrent qu’une crise économique et sociale importante se profile prochainement dans notre pays. Les autorités fédérales ont bien compris que les CPAS allaient, une fois de plus, devenir des acteurs de terrain et de proximité pour accompagner ces personnes en difficultés.

Pour Pont-à-Celles, une somme de 130.000 € a été allouée. Ce subside permettra d’intervenir pour toute demande d’aide sociale provenant des personnes qui subissent les répercussions de la crise COVID-19, soit par une diminution de leur pouvoir d'achat, soit par une diminution de leurs revenus.

Cette aide sera ouverte à tous et ne sera pas uniquement réservée aux seuls bénéficiaires du droit à l'intégration. Le Ministère de l’intégration a défini 8 axes d’intervention : aide au logement (loyer, charges, assurances, emprunt), aide en matière d’énergie (factures liées à la consommation d’énergie), aide psychosociale (problèmes d’anxiété, de troubles psychiatriques ou liés à des violences conjugales), aide en matière de santé (frais médicaux, achat de masques et gel, factures hôpitaux), aide à l’accès numérique, aide financière (factures impayées du fait d’une diminution de ressources), aide aux familles en difficulté (dans le cadre de la lutte contre la pauvreté infantile) et l'aide aux besoins de première nécessité.

Covid-19 et rentrée scolaire

Cette semaine, les élèves de l'enseignement primaire et secondaire reprendront le chemin de l'école. Certains axes ont été priorisés par la commune de Pont-à-Celles. En ce qui concerne la rentrée scolaire, le CPAS a décidé de profiter de ce subside exceptionnel pour se pencher sur le problème de fracture numérique constaté durant le confinement. Certains écoliers du secondaire et du supérieur se sont retrouvés démunis face aux nouvelles technologies et au travail qui leur a été demandé. C'est pourquoi, en vue de lutter contre cette fracture numérique, un budget de 25 000€ a été prévu afin d'équiper les élèves du secondaire et du supérieur en matériel informatique. De plus, le CPAS de Pont-à-Celles interviendra également en distribuant des kits  composés d’une boîte de masques chirurgicaux et de gel hydroalcoolique, pour une rentrée en toute sécurité.

Quentin Ferrière

Crédit image : Google maps