Écaussinnes : demande en hausse pour l’Epicerie sociale de la Croix-Rouge


04 novembre 2020

Une épicerie sociale permet aux plus fragilisés d’acheter des produits de première nécessité à des prix inférieurs à ceux des grandes surfaces. La Musette Écaussinnoise est l’une d’entre elles. En partenariat avec le CPAS de la commune, cette épicerie sociale de la Croix-Rouge revend des biens de consommation achetés soit en grande surface soit chez des producteurs locaux à moitié prix. Les bénéficiaires du CPAS n’ont qu’à présenter leur carte d’accès délivrée par le service pour en bénéficier.

Le nombre de bénéficiaires est déjà en hausse

Une augmentation de 5% du nombre de bénéficiaires de cette épicerie écaussinnoise a déjà été constatée par le responsable de l’épicerie, Jacques Falisse depuis le début de la crise du coronavirus. Si l’augmentation est légère pour l’instant, il craint que la situation ne se dégrade prochainement.

« Avec le CPAS, on estime que c’est surtout vers la fin du trimestre actuel que l’impact sur le revenu des gens va se faire sentir. Pour le moment, beaucoup de gens bénéficient du chômage technique, mais il est évident que cela ne va pas durer longtemps et que les besoins financiers vont se marquer davantage. »

Plus qu’une épicerie, un café social

Au-delà de l’aide financière et alimentaire, les épiceries sociales sont devenues ce que Jacques Falisse appelle des « cafés sociaux », des lieux de rencontre. La Musette Écaussinnoise ne fait pas exception. L’équipe de volontaires redirige également la clientèle vers des services qui pourraient leur être utiles, à l’image des VestiBoutique de la Croix-Rouge, ou leur donne un coup de main pour les démarches administratives ou encore leur prête une oreille pour briser leur isolement.

« C’était devenu une espèce de café social sauf qu’on ne servait que du café, bien entendu. On parlait des nouveaux produits, des habitudes d’achat, de cuisine et il y en a qui viennent simplement épancher leurs coeurs parce qu’ils ont des difficultés etc. Et tout cet aspect-là, depuis le confinement, depuis le premier confinement, manque terriblement, je crois. C’est pour moi l’impact le plus important. »

Un isolement d’autant plus accru que ces dernières semaines, seul un service de livraison était disponible. Désormais, tout est à l’arrêt.

Une fermeture forcée à cause du manque de volontaires

La Musette Écaussinnoise a dû fermer ses portes en début de semaine par manque de volontaires. Comme le précise le responsable de l’épicerie, la majorité de ces derniers sont des hommes et des femmes d’un certain âge ; peu de jeunes s’y proposent. Étant un groupe de personnes considérées à risque en ce temps de pandémie, ils ont pris la décision d’éviter tout risque en gardant porte close.

Toutefois, l’entraide est toujours présente bien que sa forme ait changé. Les bénéficiaires peuvent se rendre dans deux Carrefour Market associés qui acceptent des bons d’achat que l’épicerie s’engage à rembourser par la suite.

La Musette Écaussinnoise restera fermée jusqu’à la fin de l’année. Jacques Falisse espère sa réouverture dès que la situation sanitaire s’améliorera.

Laura Desmedt

Crédit photo : Pixabay (Free-Photos)