Clubs de sport : Valérie Glatigny répond à vos questions


14 juin 2020

Lundi, l’équipe de What the Sport recevait Valérie Glatigny, ministre des Sports de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Pour l’occasion, l’équipe a relayé vos interrogations auprès de la ministre, dont voici les réponses.

Les enfants de moins de 12 ans peuvent-ils s'entraîner côte-à-côte étant donné qu’ils ne sont pas concernés par les mesures de distanciation ?

Oui, les enfants de moins de 12 ans peuvent s'entraîner côte à côte à moins d'un mètre cinquante de distance, étant donné que la règle de distanciation dans le cadre d'une activité sportive ne s'applique plus pour eux. Le moniteur, lui, doit bien respecter les règles classiques de distanciation sociale.

On a entendu parler d'un budget de 4 millions d'euros débloqué pour le sport. Si on tient compte de tous les sports qui sont impactés, ça donnerait une moyenne de 200 euros par club demandeur. Autrement dit, une bouchée de pain. Du coup, comment ces sommes vont-elles être réparties ? Selon quels critères ?

Ce n'est pas un montant forfaitaire. On tient compte du fait que le club a été plus ou moins impacté par la crise sanitaire. Certains clubs n'ont pas été impactés du tout. D'autres ont été très fortement impacté. Donc, ce n'est pas une division par le nombre de clubs. Le gouvernement a décidé d'attribuer 4 millions, en effet, pour soutenir les clubs et les fédérations sportives reconnues qui sont affectés par la crise. Et donc, c'est vraiment l'objectif d'éviter la disparition de certains clubs ou la disparition de certaines fédérations. Ce sont vraiment ceux qui sont le plus impactés par la crise qui vont recevoir des montants. Il y a un formulaire qui a été élaboré avec un vade mecum, ils peuvent être téléchargés sur le site de l'Adeps ainsi que sur le site de l'Association interfédérale du sport francophone. Cela permettra de constituer un dossier. Le dépôt des dossiers s'effectue via une plateforme en ligne entre le 15 et le 19 juin. Ensuite, ces propositions d'aide seront soumises au gouvernement pour approbation.

Est-ce qu’un calendrier des reprises va être publié ? Pour tous les sports ? Quid des différentes dates auxquelles ils vont pouvoir reprendre ?

Il y a déjà un calendrier. Donc, le 8 juin, c'était la reprise de la plupart des sports. Le 1er juillet c’est l'ensemble du monde sportif. C'est très compliqué et je comprends bien la frustration. C'est déconcertant. On doit très vite s'adapter. On peut avoir une évolution très, très rapide de la situation. Jusqu'à présent c'est une évolution rapide et très positive. Donc, évidemment, il y a un déconfinement accéléré qui s'opère. Ici, ce qu'on essaye de faire, c'est suivre la logique sanitaire, donc suivre en temps réel ce que nous disent les experts par rapport à ce qu'ils apprennent eux-mêmes de l'évolution de l'épidémie.

Est-ce que la TVA à 6 % s’appliquera aussi aux buvettes des clubs de sports ?

Oui, bonne nouvelle : la TVA à 6% pour l’horeca devrait bien s'appliquer aussi aux buvettes sportives. C'est une bonne nouvelle parce qu'on sait que c'est une source de revenus. Et puis c’est un lieu important de socialisation. Les buvettes devront respecter les mêmes règles sanitaires que pour L’horeca

Les mesures pour les stages seront-elles assouplies en août par rapport à juillet ?

Je ne sais pas encore si les mesures pour le mois d'août seront assouplies. Je crois qu'il est encore un peu prématuré de présager d'un éventuel assouplissement des règles, même si la situation épidémiologique est tout à fait positive. La décision va de toute façon revenir au Conseil National de Sécurité. Je pense qu'il faut déjà se réjouir pour nos jeunes que les stages puissent se tenir. A ce stade, on peut rassembler au maximum 20 sportifs encadrés par un entraîneur et ce sera 50 sportifs à partir du 1er juillet.

Les stages pourront-il débuter le lundi 29 juin ?

Oui, oui, tout à fait, à partir du 29. Donc, en effet, ce sera un groupe de 20 maximum et à partir du 1er juillet seulement, ce nombre pourra monter à 50.

Nathan Scheirlinckx avec Amaury Detroz

Crédit photo: Facebook/Valérie Glatigny + Ultrason