Nivelles accorde une prime de 2300 euros à l’horeca, qui promet une “surprise” le 1er mai


27 avril 2021

Le Conseil communal de Nivelles a validé une aide accordée à l’Horeca. Chaque enseigne nivelloise du secteur recevra une prime de relance. S’ils saluent la main tendue, les cafetiers annoncent une "surprise" le 1er mai.  

C’est (enfin) une bonne surprise pour le secteur Horeca de la ville de Nivelles. Le Conseil communal de lundi soir a validé l’octroi d’une prime locale destinée aux 74 cafés et restaurants et aux 25 snacks et friteries nivellois. Les autorités de la ville ont débloqué un budget de 185.000 euros pour insuffler un peu d’oxygène à un secteur à l’agonie.

"Il s’agit d’une prime de relance, précise Benoît Giroul, l’échevin du Commerce. Nous allons octroyer, pour les cafés et restaurants, une prime de 2300 euros, et une prime de 300 euros pour les snacks et friteries. Elles vont leur permettre de se relancer et de pouvoir accueillir leur client".

Ce vote conclut plusieurs mois de discussion entre le Collège communal et les représentants du secteur Horeca nivellois, poumon économique du centre-ville. "Nivelles est une ville festive. Nous pensons que c’est un secteur apprécié par les Nivellois, mais c’est aussi un secteur qui permet de soutenir l’ensemble du commerce. Pas mal de commerçants m’ont fait la réflexion que la fermeture de l'Horeca a une influence sur la fréquentation de leur magasin. Il nous a semblé opportun d'intervenir: leurs charges sont très importantes, ils continuent à payer loyers et assurances. Nous avons estimé, en âme et conscience, de les aider, comme nous l’avons fait pour les autres autres secteurs, au travers de l’action billet doux pour les commerces de détail ou pour la prime matériel de gestion de crise pour les métiers de contact."

Pour obtenir cette prime, les cafetiers et restaurateurs devront remplir un dossier à rendre entre le 17 et le 31 mai. "Toutes les informations seront sur le site de la ville de Nivelles et nous allons les contacter par email. À eux de rentrer leur dossier le plus complet. Nous ferons tout ce qui est possible pour raccourcir au mieux les délais. En fonction de l’analyse des documents, nous effectuerons le virement de la prime, on l’espère, mi-juin au plus tard."

Taxes annulées, terrasses étendues

Comme l’an dernier, les taxes terrasse et débit de boisson seront également annulées - "cela représente entre 500 et 1000 euros par an par établissement"- et l’extension des terrasses va être à nouveau autorisée. “Ils ont l’opportunité de faire une demande d’extension de leur terrasse, via un système administratif. Un mail a été envoyé aujourd’hui (lisez lundi, ndlr) pour rappeler la procédure. Mais nous les soutiendrons, parce que nous voulons que les rues ou les places où se trouvent des établissements revivent avec eux. C’est notre objectif", conclut Benoît Giroul. 

Du côté de l’Horeca, le geste de la ville a le mérite d’exister. "C’est évidemment très bien perçu par les gens du secteur à Nivelles, salue Quentin Bonheur, responsable du Collectif Horeca de Nivelles, ils ne s’y attendaient pas".  

Evidemment, le montant est insuffisant pour combler les pertes liées à des mois d’inactivité. "On va dire, c’est déjà pas mal, mais ce n’est jamais assez par rapport aux pertes que nous subissons. Pour certains, elles dépassent les 100.000 euros. Ce n’est pas avec les aides régionales et fédérales qu’on va s’en sortir. Les autorités communales, dont monsieur Giroul, ont toujours été très attentives vis-à-vis de l’Horeca. Régulièrement, on nous téléphone pour avoir des nouvelles. Au fur et à mesure, nos interlocuteurs n’arrêtaient pas de dire que si la Ville pouvait apporter son aide ou sa contribution, on ne devait pas hésiter. Quand on a entendu que, dans d’autres villes, des primes identiques existaient, nous avons commencé à leur en parler".

Finalement, cette prime de relance unique a été validée, le cas par cas étant ingérable pour l’administration de la ville. "Les loyers mensuels sur la Grand’Place de Nivelles sont entre 2000 et 4000 euros, évalue Quentin Bonheur. Donc, ça correspond en moyenne, à un mois de loyer. Le cas par cas, c’était assez compliqué pour l’administration. Quand ils nous ont parlé d’un forfait par établissement, on trouvait ça très bien. Il valait mieux que l’on reçoive la même chose, même si ce n’est pas au prorata des loyers de certains. Mais c’est déjà ça."

Autorités et Horeca vont poursuivre le dialogue, notamment en vue de la réouverture des terrasses le 8 mai prochain. Même si, il se chuchote qu’une action aura lieu le 1er mai. "Le collectif Horeca Nivelles-Brabant wallon n’a jamais dit qu’il n’ouvrait pas le 1er mai, souligne M. Bonheur. Avec toutes les contraintes qu’on est en train de nous imposer, on est occupé à organiser une surprise pour le 1er mai. Le mot d’ordre dans les collectifs de Namur, Mons, Charleroi et le nôtre, c’est qu’on réserve une surprise. On n’ouvrira pas entièrement les terrasses, mais il y aura de toute façon quelque chose le 1er mai, à Nivelles ou ailleurs."

Loïc Struys

Crédit photo: LS