Pont-à-Celles : la campagne contre le sexisme a atteint son objectif


06 juin 2021

Les affiches placées la semaine passée aux quatre coins de la commune ne font pas l’unanimité. Certaines ont été taguées, d’autres arrachées. Pour Laurence Vandermeren, directrice du Centre culturel de Pont-à-Celles, ces réactions démontrent le succès de la campagne.

Il y a des sujets de société qui divisent et opposent depuis belle lurette. Le sexisme en fait partie. Pour amener les citoyens à réfléchir et à réagir, le centre culturel a apposé des affiches visant à lutter contre ce phénomène de société. L’action, dont le slogan est « Le sexisme nuit à la santé », fait partie de l’opération ‘’PluriELS’’, menée chaque année en mars.

Difficile de vérifier si ces affiches ont effectivement poussé les citoyens à la réflexion. En revanche, une chose est sûre, c’est qu’elles ont provoqué leur réaction. Dans les rues de la commune, d’abord. Des affiches ont été taguées (« p*** », « péta*** » …), quand elles n’étaient pas simplement arrachées (et parfois très minutieusement). Les réactions et commentaires ont également fusé sur les réseaux sociaux.

« Toutes ces réactions montrent que notre campagne a porté ses fruits ! ». A l’autre bout du fil, Laurence Vandermeren est enthousiaste. « Nous voulions aborder la thématique dans son ensemble en n’excluant pas les hommes, les personnes homosexuelles et les non-binaires ». La directrice du Centre culturel explique que même si les femmes sont les victimes principales du sexisme, elles ne sont pas les seules. En effet, si on se réfère à la définition du mot dans le dictionnaire Larousse, le sexisme serait ‘’une attitude discriminatoire fondée sur le sexe’’.

Le sexisme, pas qu’une affaire de femmes

Il y a deux ans, lors de son lancement, l’opération s’appelait ‘’PluriELLES’’ et était centrée sur les femmes. Cette année, elle a été renommée ‘’PluriELS’’. Le choix posé par le Centre culturel de Pont-à-Celles est directement visible sur les affiches qui ont été apposées. Aucune d’entre elles ne contient la représentation d’une femme. « Notre souhait était de ne pas tomber dans la caricature. Au contraire, il était d’ouvrir le débat sur le genre ».

Le centre culturel a créé trois bâches différentes : une première avec des mots, une seconde avec un homme qui écrase le mot sexisme et une dernière avec un homme écrasé par le mot sexisme. « L’objectif était de montrer que tous les hommes ne sont pas sexistes, certains sont victimes de sexisme. Voilà le message que nous voulions faire passer et je peux comprendre que certains ne l’aient pas compris ainsi mais ça partait d’un bon sentiment ».

Après coup, Laurence Vandermeren ne regrette pas ce choix. « Il est normal qu’une telle campagne suscite le débat et provoque des réactions. C’est une des finalités. D’ailleurs, nous avons reçu plus de réactions positives que négatives ».

Les affiches restantes disparaitront le 20 juin, au moment où l’opération prendra fin. D’ici là, la lutte contre le sexisme va se poursuivre avec d’autres activités. Le vendredi 18 juin, un spectacle de danse sur le sexisme avec «La Fleur de l’Être» sera proposé au public par la CIE Narcisse. Le lendemain, un spectacle haut en couleurs – Vues d’un arc en ciel – viendra clôturer l’opération du Centre culturel sur la place de Liberchies.

Infos et réservations via delphine@ccpac.be ou au 071/840 567

Nathan Scheirlinckx

Crédit photo : Facebook/Centre culturel de Pont-à-Celles