Réouverture des salons de coiffure : "le client doit se sentir à l'aise et détendu"


18 mai 2020

Cela fait 65 jours que nous sommes entrés en confinement et ce lundi 18 mai marque le lancement de la deuxième phase du plan de déconfinement élaboré par le Conseil National de Sécurité. L'entrée dans cette phase permet désormais la reprise progressive des cours dans l'enseignement primaire et secondaire, la réouverture des musées et de certains bâtiments historiques,... Les coiffeurs pourront eux aussi, reprendre progressivement leur activité, à certaines conditions. En effet, les consignes et normes sanitaires devront être appliquées afin de garantir la sécurité de chacun. 

Francis Van Den Steen est coiffeur depuis 1994 et tient le salon Francis Barber Shop à Nivelles. "Il faut avant tout rassurer les clients et le personnel" nous explique-t-il. "Ça commence par le port du masque qui est bien évidemment obligatoire dans notre entreprise parce que nous sommes finalement des travailleurs très proches de notre clientèle. On est à quelques centimètres de nos clients. Il y a aussi la distanciation entre les fauteuils et une adaptation du planning pour éviter une affluence trop importante dans le salon."

L'importance de rassurer la clientèle

La réouverture des commerces, des écoles et des salons de coiffure, entre autres, peut provoquer une certaine anxiété chez de nombreuses personnes. "Je pense que nous auront affaire à quelques clients un peu angoissés, stressés" explique Francis Van Den Steen. "Il est donc important pour nous de réinstaller un cadre dans lequel le client se sentira à l'aise et détendu. Si nous voulons que les gens consomment comme d'habitude dans les commerces, il va falloir montrer patte blanche et les rassurer."

Gérer l'après confinement

Après ces deux derniers mois, durant lesquels les coiffeurs ont été contraints de fermer boutique, la question de la reprise des activités et de "post-confinement" vient à se poser. Comment gère-t-on une reprise d'activité après deux mois d'interruption totale ? "Mes confrères et moi avons tous un paquet de factures qui attend sur le coin de notre bureau. Pour ce qui est de notre cas, on va adopter une stratégie crescendo. On ne pourra pas tout de suite coiffer autant de personnes qu'avant parce qu'on va avoir besoin de temps pour la désinfection et le nettoyage du matériel entre deux clients. Il faudra du temps pour que nous puissions retrouver le rythme habituel. Le chiffre d'affaire sera donc très différent mais nous avons heureusement pu bénéficier d'une aide non négligeable du gouvernement qui nous a permis de garder la tête hors de l'eau, c'est important de le souligner."

Qu'en est-il de la "taxe" corona ?

De nombreux salons de coiffure l'ont déjà annoncé : l'acquisition de matériel adapté pour la réouverture (capes à usage unique, gel désinfectant, masques et serviettes jetables,...) a pesé lourd dans la balance. Bon nombre de coiffeurs demanderont donc une contribution à leur clientèle afin de couvrir une partie des frais. "Certains coiffeurs ont décidé de l'appliquer" explique Francis Van Den Steen. "Mais je ne pense pas qu'on puisse parler de taxe. Pour moi, il s'agît du souhait de certains coiffeurs d'inviter la clientèle à participer en modifiant légèrement le tarif. Dans notre cas, nous n'allons pas demander cette participation parce que les temps sont durs pour tout le monde, y compris pour les clients qui vont nous retrouver. Chacun aura perdu des plumes et je n'ai pas envie que cela se répercute sur ma clientèle. On amortira."

Quentin Ferrière
Crédit photo : Francis Van Den Steen - Francis Barber Shop