Une championne à Pont-à-Celles


26 novembre 2020

La huitième cérémonie des Gants d’Or, événement reconnu par la Royale Fédération belge de boxe, a mis à l’honneur une Pont-à-Celloise de 27 ans, Anaïs Rousseaux. Élue meilleure boxeuse amateure.

Covid oblige, la cérémonie s’est déroulée en ligne, mais cela n’a pas empêché l’organisation de recevoir un invité de marque en la personne du réalisateur français Claude Lelouch. Le parrain de cette édition 2020.

Les rares combats qui se sont tenus cette année ont offert un spectacle remarquable, notamment en début d’année. Quelques boxeurs et boxeuses belges s’en sont donc vus récompensés.
C’est le cas d’Anaïs, une Pont-à-Celloise de 27 ans. « Cela me fait plaisir de recevoir une récompense, d’autant plus que je ne m’y attendais pas. La saison fut étrange, avec peu de combats... »
Elle a appris la nouvelle par le biais d’un journaliste. Ce dernier a choisi d’interviewer la lauréate alors que les résultats n’étaient officiellement communiqués que le lendemain. La pugiliste s’est dite quelque peu surprise l'apprendre de cette manière-là.
Grâce à elle, la commune de Pont-à-Celles rayonne nationalement. 

Pour ce qui est des autres résultats, ce sont Francesco Patera et Delfine Persoon qui ont chacun remporté un Gant d’Or. Il s’agit du même duo de gagnants que pour l’édition précédente. C’est la huitième fois que la flandrienne est en la lauréate contre trois fois pour Patera.
Dans la catégorie des espoirs masculins, c’est un ex æquo pour Miko Khatchatryan et Hovo Martirosyan. Ils ont donc tous les deux reçu le prix en question.
Et pour l’équivalent féminin, c’est Amy Naert qui l’a remporté.
Le Gant d’honneur de cette année a lui été remis à l’ex-championne du monde IBF Daniella Somers qui a représenté la Belgique sur la scène internationale dans les années 1990.
Et enfin, le meilleur boxeur amateur de 2020 est Victor Schelstraete, en course pour une qualification olympique.

Guillaume Picalausa

Crédit Image : Pixabay